SUR LE GR 10

2009 IRATY CIZE - LESCUN

Quand vous êtes enfants, vous rêvez d'être grand.

 

 

 

A 15 ans, il vous tarde les 18.

 

A 20 ans, trouver le grand amour, à 25 ans, une situation stable, à 28 ans être parents...

 

De nombreux aléas font que vous ne faites pas forcément les choses dans l'ordre espéré ou celles que vous avez rêvé.

 

A dix huit ans, alors que j'attendais mon premier enfant (Virginie), je n'aurais jamais pensé entreprendre un jour la traversée des Pyrénées sur le GR10 et qui de plus, avec deux autres enfants (Morgan, Adrien).

 

Vingt trois ans plus tard, c'est avec mes trois petits, Virginie 23 ans, Morgan, 18 ans, Adrien, 16 ans et Gérard, mon époux, que nous reprenons le GR 10 là ou nous l'avons quitté deux ans plus tôt.

 

Les ennuies de santé de l'année précédente semble être résolus ou mis en sommeil.

 

 

 

 

 

LE RECIT DE NOTRE DEUXIEME ETAPE EN FAMILLE.


VENDREDI 14 août 2009 :

 

 

Alors que nous venons d'arriver à Iraty Cize, les souvenirs de la première étape se bousculent, le refuge, le parc à camping car, notre rencontre avec Anny et Serges.
Nous cherchons un emplacement qui nous permettra de laisser le Picasso quelques jours sans géner les touristes et en sécurité de tout vadalisme.

 

C'est donc le parking du bar qui fût choisi.

 

Un café et hop, nous enfilons nos bretelles de sacs pour une nouvelle aventure.

 

Nous prenons un chemin bien tracé dans la forêt d'Iraty à 11 heures du mat.

 

La reprise est un peu dure mais le beau temps est avec nous et nous ne sommes pas pressés, nous avançons vers le col Bagargiak.

 

Les pauses sont très nombreuses mais je suis la plus heureuse des mamans, ma famille était réunie et Gérard ne semble pas trop souffrir de son dos, ni de sa jambe (juste une impression).

 

Le petit lac, premier arrêt repas, les chalets du col, un premier ravitaillement en eau et nous repartons ca.in ca.an vers la première grande grimpette du pic des escaliers qui n'est pas des plus facile, la vache ! Pour le premier jour, elle ne nous épargne pas.

 

 

 

Sur son autre versant, tout est différent, nous montons, nous descendons, nous croisons des cueilleurs de myrtilles avec leurs griffes de ramasse. Nous voyons beaucoup de vautours, traversé des pâtures non fermées de vaches, chevaux, nous passons près des postes de chasse à la palombe.

 

Nous sommes partis certainement trop tard, aussi nous paniquons à l'approche de la soirée, car loin du lieu de bivouac à Logibar, dans des fourrés épais qui donne une impression que personne n'avait foulé l'endroit, avec en plus le manque d'eau malgré nos deux litres chacun, nous prenons la décision de quitter le GR pour descendre près d'un ruisseau nous ravitailler et planter les tentes.

 

 C'est un près à vaches « attention aux bouses » qui nous accueille. Première douche froide, première nuit fraîche dans la nature, première organisation, à revoir pour les autres jours, maman n'est pas la bonne.

 

 

 

 

 

 

 SAMEDI 15 août 2009 :

 

 

 

Nous ne faisons pas partie des plus vaillants, aussi debut 7h30, un café sur le pouce car il ne fait pas des plus chaud et il y a une grosse rosée. Nous prenons la route pour rejoindre le village de LARRAU.

 

Au coeur du village il y a une boulangerie, puis une fontaine proche de la superbe petite église. Remplissage des bouteilles et deuxième petit déj. Ravitaillement à l'épicerie locale, accueil sympas et à prix correct.

 

En avant, il commence à faire chaud et bitume et virages n'ont rien de motivant. Nous mangeons la pollution des échappements à plein poumon.  

 

 

 

Enfin nous voilà à l'auberge de Logibar, une demi-journée dans la vue mais tant pis, on est là pour ce faire plaisir.

 

C'est donc dans le lit du ruisseau que je fais la première lessive, que l'on étend sur des branches et des cailloux le temps de prendre le repas de midi. Les gens sont surpris de ma bassine pliable.

 

 

Un zéro pointé : Nous ne sommes pas des exemples, il est interdit de stationner dans le lit du ruisseau, les vannes du barrage peuvent être ouverte à tout moment.

 

Le GR10 passe par le chemin de gauche qui monte dur, celui de droite est une variante qui mène à la passerelle suspendu d'Holzarté, chut je ne veux pas que l'on y passe, car le topo guide dit que c'est un "vrai pont de singes".

 

 

Il fait très chaud, nous sommes à l'ombre de la forêt sur une petite partie du sentier, puis de grandes montées sans un arbre, avec Virginie nous souffrons, les hommes sont partis comme des V6 pour trouver le frais.

 

Comme d'habitude, quand nous arrivons au niveau des mecs, qui se sont reposés depuis un bon quart d'heure, ils se remettent à marcher prétextant qu'ils se sont bien reposés et que maintenant que nous les avons rejoint, nous pouvons continuer tous ensemble.

 

 

 

Ils rèvent oui, nous aussi on se repose. Tant pis, nous faisons deux groupes les mecs et les femmes.

 

Virginie mange des mûres, elle dit que ça la dope... mais attention, il peut y avoir des habitants... berk...

 

Avec cette chaleur, l'eau nous fait encore défaut et les ruisseaux se font rares. Au moindre petit filet, on remplit les bouteilles, tant pis pour les baigneurs nous avons les pastilles purifiantes.  

 

 

Il est 18h quand nous trouvons un super emplacement dans les fougères pour planter les tentes, avec le ruisseau pas très loin pour un brin de toilette.

 

Et voilà comment on perd une journée sur l'étape du TOPO guide.

 

Pour le repas, nous testons les repas déshydratés des magasins de sports, à ne pas renouveler, on dirait manger de la pâté pour chien.

 

 

 

 

 

 

DIMANCHE 16 aout 2009

 

 

Un copieux petit déjeuner et en avant pour une journée agréable mais longue. Nous bifurquons vers la gauche au plateau d'Ardakhotchia, temps lourd, pluie fine, montée rude, enfin quand on aime on ne rale pas ! 

 

 

 

Au col d'Anhaou, il y a un robinet devant la maison, on peut remplir les bouteilles avant de redescendre via les gorges de Kakouéta (les plus belles d'Europe). Aussi, je ne vous raconte pas le monde qu'il peut y avoir. Les parkings sont remplis de véhicules venant de tous les coins de france, d'Europe et plus...

 

 

Nous prenons plaisir à passer sous les ruissellements des falaises, il fait très chaud et nous devons prendre la route pour nous rendre à Ste Engrâce Eglise, car ce village est constitué de plusieurs quartiers. La route est le pire pour les jambes, nous faisons chemin avec des dames qui conduisent une vache et son petit né le matin, sur cette même route et dans notre direction, alors en discutant, nous avalons les derniers kilomètres. 

 

 

 

Avant de rentrer dans le village, nous faisons le plein de nos bouteilles au fronton. Je vais demander au café de me vendre du pain.

 

La patronne est une vrai Pétasse (pour rester polie), comme nous ne sommes pas des clients du gîte elle m'envoie sous les roses. Quelques clients en terrasse sont surpris de l'accueil que la tenancière m'accorde. Aussi quatre jeunes m'offrent leur pain pour le repas du soir. MERCI à vous.

 

Je discute un petit moment avec un couple de retraité qui arrive de Fleurance (ville où j'ai mon entreprise de semences bio) et dont le monsieur est un ancien conseillé municipal.  

 

 

 

Puis, éreintés nous cherchons le petit emplacement à la sortie du village désigné par les vachères, en dessous de l'église près du ruisseau, qui nous sert une fois de plus de salle de bain.

 

 

 

 

Repas, photos et dodo.

Nous sommes bien, nous apprécions pleinement d'être loin du monde, de vivre au jour le jour guidé par la lumière celeste du roi soleil ou de ses amis pluie et brouillard.  

 

 

 

 

 

LUNDI 17 août 2009

 

 

Alors que l'on pointe le nez dehors, nous avons du mal à voir le bout du chemin. La brume nous entoure, aussi on décide de ne pas suivre le GR10 mais de partir par la route, de plus, il nous faut du ravitaillement vu que la veille nous n'avons pu nous entendre avec les cafetiers.

 

Nous irons à l'auberge au-dessus de Ste Engrâce.

 

 

Accueil chaleureux, sandwich copieux et à prix très raisonnable.

 

Dommage que la veille nous étions trop fatigués pour faire un km de plus, car sinon nous aurions pu venir directement ici.   

 

 

 

AUBERGE SYMPAS.............CAFE PAS SYMPAS.  

 

 

 

Bali-balan on monte on monte... elle est où la pierre St Martin, le soleil se lève, la chaleur tombe, sueur, fatigue, soif, il faut nous rationner pour l'eau... encore...

 

 

 

Morgan en tête, Gerard dans ses talons, Adrien, Virginie et moi en queue.

 

Nous discutons avec un éleveur, tient sa soeur habite près de Condom (le monde est petit).   

 

Plus loin un berger nous propose de nous emmener, nous les 3 derniers, jusqu'à la station, nous refusons, nous le regrettons... mais nous y arrivons ensemble, pas sans peine, mais sans aides. CHOUETTE !!!

 

C'est décidé, nous passerons la nuit sous toile de tente mais dans l'enceinte du refuge, nous avons droit à une douche de 5 mn par personne mais qu'est ce que cela fait du bien surtout avec de l'eau CHAUDE.  

 

 

 

Avec Gégé, nous allons à la laverie et faire des courses à la petite épicerie.

 

Dans la nuit, tempète, nous tenons nos tentes, nos sacs restés dehors sont à l'abri du vent sous la table en bois et couvert contre la pluie de nos ponchos. Nous déplorons simplement un gobelet.

 

 

 

Il ne va pas sans dire que nous n'avons pas dormi de la nuit.

   

 

 

 


 

MARDI 18 août 2009

 


 

 

Ce matin, un petit réconfort : un bon petit dèj au refuge, café, jus d'orange, pain confiture, hum et encore une petite douche manière de se mettre en forme pour une longue journée très chaude. Le gardien du refuge est très sympas.

 

Sac sur le dos et via LESCUN.

 

 

 

Quelques minutes de marche et déjà un premier arret, on ne peut pas résister à un bon fromage d'IRATY (les gourmands).  

Vente chez l'habitant. Il nous dit qu'il ne peut pas vendre au détail car il n'a pas de balance pour petit grammage, mais qui parle de petit grammage, c'est d'un huitième de meule que nous voulons et là pas de problème. De plus on paye le 8eme de meule le prix d'un morceau rikiki dans les supermarchés. Par contre il ne faut pas que le morceau nous tombe sur le pied sinon c'est l'emputation assuré (hihihi !!!). 

 

Une raide montée, un dernier coucou à la Pierre St Martin et nous voilà enfin dans les grosses rocailles et sur les chemins pyrénéens tel que nous les aimons. Nous sortons enfin des sentiers à vaches et du goudron.

 

Nous passons le pas de l'osque avant de faire un halte repas et surtout repos car l'escalade très peu pour moi, aussi j'ai les jambes qui flageolent. Il y a beau avoir une corde pour se hisser jusqu'au sommet de l'aiguillon, je n'aurai jamais pu le franchir si mes garçons et Gégé ne m'auraient pas tiré par le sac. Froussarde en plus de ça la mère DAVID. 

 

 

 Nous longeons les Orgues de Camplong, un coucou au Pic d'Anie, une descente agréable et facile jusqu'aux cabanes d'Azuns d'où un autre arret s'impose au milieu des ânes et moutons. Bois, descente, causette, bois, route et LESCUN.

 

 

 

Mignon petit village avec une épicerie, bar, restaurant et gîtes. Aprés concertation et prise de renseignement météo, nous décidons d'achever notre 2eme étape, canicule du lendemain oblige.

Aussi, pour la dernière nuit, c'est dans un grand lit du gîte du Pic d'Anie (patronne sympas) que finissons notre périple.

 

 

 

 


 

 

 

 

MERCREDI 19 août 2009

 

 


 

 

La levée se fait de bonne heure car Virginie et Morgan doivent faire 6 km afin de prendre le car au pont du Roi pour se rendre à Tarbes récupérer la 308 et revenir d'abord nous chercher et ensuite récupérer le picasso.

 

 

Par chance, alors qu'ils ne leur reste plus qu'un demi-kilomètre, une dame les prend en stop et les conduisent directement à Aureilhan, que demander de mieux, nous faisant gagner une demi journée sur l'horaire.

 

 

 

 

 

CONCLUSION : le GR10 est à faire dans sa totalité, mais jusqu'à La Pierre St Martin, il y a certes de beaux paysages mais nous ne sommes pas sous le charme.

   

SUITE EN 2010

 

 



05/04/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres